L’importance de vérifier régulièrement l’état du grain entreposé dans les silos

30 avril 2020

Avec des températures printanières qui oscillent entre averses de neige et soleil plombant, les grains entreposés sont particulièrement vulnérables aux intempéries. Les trappes des silos sont essentielles à la ventilation du grain, mais malheureusement, elles représentent surtout une source d’infiltration de neige lors des grandes tempêtes. Sans une vérification mensuelle, particulièrement au printemps, une récolte destinée à la consommation humaine pourrait être déclassée à la réception selon le Guide officiel du classement des grains de la Commission canadienne des grains.

Voici les bonnes pratiques à adopter chaque mois pour déjouer les imprévus :

Faire une inspection visuelle & olfactive

On monte dans l’échelle, on ouvre le couvercle du silo et on scrute l’apparence du grain. On peut reconnaître une infiltration d’eau par la couleur; le grain devient beaucoup plus foncé, jusqu’à passer de blanc ou beige pâle à brun. Une odeur rance est un autre indicatif d’infiltration d’eau. Une colonne de grains moisis peu s’être formée et ce n’est que la pointe que l’on voit en surface. (la pointe de l’ iceberg)

Réagir rapidement aux intempéries

Lorsque la température est encore froide, la neige qui se serait infiltrée est facile à détecter; on peut facilement l’enlever à l’aide d’une pelle pour l’empêcher de provoquer des dégâts. Mais lorsque le temps se réchauffe, la neige fond, fait gonfler le grain humide et cause de la moisissure. On rencontre le même problème avec les pluies abondantes, surtout lorsqu’elles sont accompagnées de fortes bourrasques. À ce moment, on doit bouger la masse dans le silo pour ventiler les grains et permettre à l’humidité de s’évaporer. C’est pourquoi il est important d’inspecter les silos après tout événement climatique, comme les dernières averses d’avril par exemple.

Contrôler le taux d’humidité

Le soya se conserve bien à un taux d’humidité de 14 % et moins. Au-delà de 15 %, on s’expose non seulement à la moisissure, mais le risque de perdre la récolte augmente de façon exponentielle avec le chiffre.

Éliminer les grains affectés

Lorsqu’on détecte de la moisissure et qu’on soupçonne qu’un certain laps de temps s’est écoulé, on doit éliminer les grains affectés pour tenter de sauver la récolte. Il va donc sans dire qu’il est primordial de porter une attention particulière à son grain toute l’année, mais surtout au printemps pour la meilleure qualité qui soit!

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront la personnalisation des contenus et des publicités, le partage sur les réseaux sociaux et l’analyse de notre trafic. Voir les termes et conditions.