La quête du 100 boisseaux à l'acre! Fiction ou réalité?

26 septembre 2019

Par : Maxime Gratton Agr., Directeur de territoire Ouest du Québec & Alexandre Tessier Agr., Directeur des ventes, Est du Canada

En 2019, nous avons participé à une journée de champ en Ontario et l’une des stations visitées faisait la promotion d’un objectif de rendement de 100 boisseaux à l’acre ou l’équivalent de 2,5 tonnes. Pour y arriver, le chercheur pousse une gestion intensive basée sur une augmentation des fertilisants et des applications de fongicides.

Réussir à obtenir un rendement moyen de 2,5 t / acre sur de grandes superficies est un exploit (presqu’une fiction) considérant tous les facteurs incontrôlables dont doivent faire face nos producteurs du Québec. En revanche, d’un tout autre point de vue, l’atteinte d’une rentabilité économique que pourrait engendrer un rendement de 2,5 t / acre avec un soya OGM chez un producteur, qui ne sème que du soya destiné à la consommation humaine, est une réalité pour ceux qui font partie du groupe de tête de leur région. En fait, ce groupe représente 25 % des producteurs avec les plus hauts rendements livrés et enregistrés pour une même variété.

Pour mieux vous illustrer ce constat, nous vous détaillerons un exemple avec le Marula qui a été livré à la récolte 2018.

En moyenne, les rendements de ce groupe se situaient entre 1,63 tonnes jusqu’à 2,06 tonnes par acre. Pour un même rendement économique et en tenant compte de la prime de variété, les coûts d’herbicides et de la semence, voici le résultat :

  • 1,63 tonnes par acre de Marula équivaut à 2,03 tonnes à l’acre avec un soya OGM ;
  • 2,06 tonnes par acre de Marula équivaut à 2,57 tonnes à l’acre avec un soya OGM.

La réalité rattrape la fiction! Le défi pour tous les producteurs est de maintenir ce même niveau de rentabilité sur de grandes superficies. Ils doivent s’adapter aux différentes conditions des sols, positionner les bonnes variétés par conséquent et faire un suivi en saison avec leur représentant pour faire le meilleur diagnostic possible de l’état de la culture.