Sénescence en cours de saison : à quelle maladie a-t-on affaire?

2 août 2021

Il n’est pas toujours simple de distinguer la cause principale de la sénescence précoce du soya, qui pourrait être induite par plusieurs facteurs environnementaux en simultané, dont des maladies communes. Or, un examen plus approfondi des plants peut révéler la présence de pourriture au niveau des racines et des tiges, signe que quelque chose d’anormal se produit.

Pour vous aider à concevoir des pratiques de gestion efficaces et y voir plus clair, nous vous présentons aujourd’hui les principaux symptômes de certaines maladies qui s’attaquent communément au soya.

Le syndrome de la mort subite

Le syndrome de la mort subite est causé par un agent pathogène qui infecte les semis tôt dans la saison. Les symptômes de cette maladie commencent par de petites taches chlorotiques sur les feuilles. Ces taches s’étendent rapidement et se transforment ensuite en taches jaunes de plus grande taille qui finissent par se nécroser entre les nervures des feuilles. 

Le soya infecté par le syndrome de la mort subite présente de la pourriture au niveau de ses racines. Si vous fendez la tige d’un plant de soya infecté dans le sens longitudinal, vous pourrez constater que son cortex est brun et que sa moelle est blanche.

Le phytophthora

Le phytophthora peut se développer à tout moment, peu importe le stade de croissance dans lequel se trouve le plant de soya. On remarque que les dommages causés par cette maladie se produisent souvent lorsque les plants subissent un stress important. Le soya qui est semé au point d’entrée des champs est plus susceptible d’être infecté par cette maladie, car le drainage de cet endroit y est parfois moins bon en raison de la compaction causée par les passages répétitifs.

Les plants de soya atteints par le phytophthora s’arrachent assez facilement du sol. Cela est dû à la pourriture des racines, qui survient en début d’infection. Des racines malades (plus petites que celles qu’on retrouve sur les plants sains) et une décoloration brune, qui progresse de 6 à 12 pouces à partir de la ligne du sol, témoignent habituellement de la présence de cette maladie. Une autre façon indiquant l’infection par cette maladie est que le plant devient flétri et, malgré la mort du plant, les feuilles restent attachées aux pétioles et à la tige.

Le chancre de la tige

Le chancre de la tige est une autre maladie parfois confondue avec la sénescence précoce du soya. Cette maladie est capable de ravager un champ presque dans sa totalité. 

La présence de cette maladie peut être constatée dès le premier stade de reproduction du soya sous forme de lésions brun-rouge à la base des branches ou des pétioles. Au fur et à mesure que les lésions progressent, leur couleur change et oscille de brun foncé à noir. Les symptômes foliaires peuvent inclure une chlorose au-dessus ou au-dessous du site du chancre provocant ainsi un flétrissement, qui finit par tuer la plante.

Le chancre de la tige, qui n’est pas une maladie chronique, ne provoque pas de pourriture au niveau des racines.

La moisissure blanche

La moisissure blanche, qui se développe de la mi-saison à la fin de la saison et surtout pendant la période de floraison, se produit dans des conditions de forte humidité et par temps chaud. Les symptômes de cette maladie surviennent généralement au début du stade de reproduction du soya et se caractérisent par une moisissure blanche qui apparait autour de la partie inférieure de la tige. D’autres symptômes tels qu’un flétrissement et la mort des feuilles et des tiges supérieures témoignent également de la présence de cette maladie.

La survenance de cette maladie peut être favorisée par un espacement étroit entre les rangs, une fertilité élevée et l’apparition antérieure de la moisissure blanche.

La pourriture brune de la tige

Comme la moisissure blanche, la pourriture brune de la tige se développe également dans le soya entre le milieu et la fin de la saison. Les plants infectés par cette maladie n’ont aucun symptôme foliaire avant le début de la formation des gousses.

Or, lorsqu’ils apparaissent, les symptômes foliaires se caractérisent par des taches jaune-brun entre les nervures des feuilles. La meilleure façon de confirmer la présence de la pourriture brune de la tige est de fendre la tige de soya dans le sens longitudinal. Si les tissus vasculaires du plant présentent une décoloration de couleur brun foncé, il y a de fortes chances que celui-ci soit infecté par la pourriture brune de la tige.

L’importance de garder un œil sur ses champs de soya

Les agents pathogènes qui causent la plupart des maladies que nous venons de voir ont la capacité de survivre dans le sol. Identifier les maladies qui affectent votre soya, parcourir vos champs et examiner les plants individuellement sont des moyens qui peuvent vous aider à mieux gérer votre production. Un meilleur drainage et un programme de fertilisation adéquat peuvent aussi aider à limiter le développement de certaines de ces maladies.

Si vous êtes intéressé à utiliser un cultivar de soya qui présente une résistance ou une tolérance aux maladies observées dans vos champs, nous vous invitons à nous contacter. Ou alors, parcourez la section Semences de notre site Web.

Bon été!

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront la personnalisation des contenus et des publicités, le partage sur les réseaux sociaux et l’analyse de notre trafic. Voir les termes et conditions.